samedi 16 avril 2016

Via Nebula

Un jeu de Martin Wallace
illustré par Vincent Joubert
édité par Space Cowboys
2016



Nombre de joueurs : Pour 2 à 4 joueurs

Age : 10 ans et +

Durée d'une partie : env. 60 minutes

Mécanismes :
  • Gestion
  • Tuiles / Action
Le thème :
Architecture
Médiéval fantastique

But du jeu :
Accumuler des points (représentant gloire, prestige et richesse) au cours de la partie (principalement en réalisant des contrats et en ouvrant des exploitations). Le joueur qui termine la partie avec le plus grand nombre de points est déclaré vainqueur.

Descriptif éditeur :
Nebula a besoin de vous tous… Mais un seul l’emportera !

Reconstruisez Nebula, la vallée envahie par les brumes ! Pour cela, les joueurs devront développer exploitations, réseau de transport et bâtiments. Chaque édifice rapportera non seulement des points, mais aussi des bénéfices à son bâtisseur. Mais un joueur seul ne pourra pas réaliser tous ses objectifs : Via Nebula est un jeu de « coopétition ».

Il faudra collaborer pour construire des routes et les ressources les plus lucratives. Les ressources sont à disposition de tous les joueurs, mais les édifices ne sont accessibles que pour un joueur : celui qui s’empressera d’en lancer le chantier ! Au final, un seul joueur l’emportera.
Planifiez, bâtissez et soyez plus malin que les autres !

La coopétition : coopérez pour l’emporter sur les autres !

Le dernier jeu de Martin Wallace : original tout en restant classique !

Des illustrations et une ambiance pour les familles et les joueurs expérimentés.

Ce que j’en pense :
Dans Via Nebula, chaque joueur dispose à son tour de deux actions qu’il peut choisir parmi six disponibles (faire deux actions identiques est autorisé). Il peut :


  • - Poser un artisan pour ouvrir une exploitation. Les ressources ainsi révélées seront disponibles pour tous les joueurs. Le joueur reçoit alors un jeton disposant d’un nombre variable de points de victoire. Il ne pourra récupérer son artisan que lorsque l’exploitation sera vide.
  • - Poser un chantier. On ne peut poser un chantier que sur une certaine sorte de terrain. Ils serviront à entreposer les ressources en attente de construction.
  • - Explorer une zone de brume en la recouvrant d’une tuile représentant une zone de plaine vide.
  • - Explorer une forêt pétrifiée en la recouvrant d’une tuile représentant une zone de plaine vide. Cette action consomme les deux points d’action disponibles.
  • - Transporter une ressource d’une exploitation jusqu’à un chantier en empruntant uniquement des tuiles représentant des zones de plaine vide.
  • - Construire un bâtiment.

Lorsqu’un joueur construit un bâtiment (combinaison de ressources), il reçoit une carte correspondant au type de bâtiment érigé sur laquelle figure un nombre de points de victoire variant en fonction du nombre de ressources utilisées.
Celui qui construit son dernier bâtiment déclenche la fin de partie et chacun de ses adversaires aura alors un dernier tour.

On compte ensuite les points (jetons + cartes + tuiles exploration découvertes) auxquels on soustrait les ressources non utilisées en sa possession.

Le joueur ayant le plus de points remporte la partie.

Via Nebula est un jeu au thème anecdotique dont l’intérêt réside essentiellement en la corrélation de mécanismes classiques qui donnent des parties fluides et intenses.

La simplicité relative des actions disponibles cache en fait un jeu aux aspects tactiques déterminants et le fait de rendre les ressources des exploitations utilisables par tous implique dès le début de la partie des choix stratégiques de placement importants. Il faudra bien avoir en tête que de nombreuses actions pourront aussi avantager les adversaires (ressources et routes), ce qui confère également au jeu une bonne dose d’opportunisme.

L’interaction entre les joueurs est suffisamment importante pour contraindre chacun à prévoir ses coups à l’avance et, en présence de joueurs confirmés, la moindre petite erreur pourra avoir des conséquences difficilement rattrapables.

La présence du double plateau de jeu (un côté débutant et un côté expert) permet un apprentissage aisé des règles et offre une bonne jouabilité avec de jeunes joueurs.

A l’instar d’un Splendor, les Space Cowboys nous gratifient à nouveau d’un jeu au thème plaqué mais d’une grande profondeur tactique et opportuniste. Les règles et mécanismes très simples permettent une appréhension très rapide du jeu, dont chaque action devra être pensée et réfléchie. Un bon jeu sans être exceptionnel.

Ce jeu s’adresse :
Public familial
Joueurs confirmés

Les points positifs :
Règles et mécanismes très simples, tout à fait compréhensibles par les plus jeunes (9-10 ans avec des enfants ayant l’habitude de jouer),
Tactique et opportunisme importants pour des joueurs exigeants,
Réelle interaction.

Réserves :
Thème plaqué inexistant,
Durée de vie (le jeu va-t-il résister aux nombreuses parutions prévues) ?
Pas convaincu par le jeu à deux. Meilleures configurations à 3 ou 4.

Matériel :
Les Space Cowboys nous ont habitué à du matériel de qualité et Via Nebula ne déroge pas à la règle. De nombreuses tuiles, jetons et un plateau de jeu en carton épais. Des cartes de bonne qualité aux illustrations naïves et agréables façon BD. Des plateaux individuels en carton souple regroupant les différentes actions possibles. Enfin, de nombreux bâtiments, artisans et ressources en bois sculptés et colorés. Malheureusement, le tout est fourni avec un thermoformage peu pratique qu’il faudra manipuler avec précaution pour ne pas abîmer les jetons en carton ou pour ranger et sortir les différentes pièces en bois (cela devrait être corrigé dans les futures éditions).






La fiche du jeu Via Nebula sur Jedisjeux.

La fiche du jeu Via Nebula sur Tric Trac.


La fiche du jeu Via Nebula sur le site de l'Association philÔjeux.

lundi 4 avril 2016

Blood Rage

Un jeu de Eric M. Lang
illustré par Adrian Smith
édité par CoolMiniOrNot, Edge Entertainment
2015



Nombre de joueurs : Pour 2 à 4 joueurs (5 avec extension)

Age : 14 ans et +

Durée d'une partie : env. 90 minutes

Mécanismes :
  • Conquête - Affrontement
  • Draft
  • Points d'action
Le thème :
Mythologie Viking.

But du jeu :
Le but du jeu est d'accumuler le plus de gloire possible avant que le monde ne sombre dans les flammes. Vous gagnez de la gloire lors des batailles, en pillant, en accomplissant des quêtes pour les Dieux ou en mourant vaillamment au combat. Le jeu se déroule sur trois Ages, tandis que le Ragnarök consume lentement le monde. Le joueur ayant le plus de gloire à la fin de la partie est déclaré vainqueur.

Descriptif éditeur :
Dans Blood Rage, les joueurs prennent le contrôle de puissants clans Vikings en quête de gloire avant que le monde ne touche à sa fin dans une ambiance d’apocalypse. Tandis que le Ragnarök consume la terre, les Vikings vont devoir faire ce qu’ils font le mieux : envahir et piller, tuer et mourir dans des batailles épiques. La vie est éphémère, mais la gloire est éternelle !

Pour un Viking, de nombreuses voies mènent à la gloire. Vous pouvez envahir et piller des territoires pour en récolter les bénéfices, écraser vos adversaires dans la bataille, accomplir des quêtes ou même périr d’une mort glorieuse. Les joueurs font un draft avec des cartes représentant les dons des dieux qui vont les aider dans leur quête. Ces dons offrent de nombreuses stratégies en vous soutenant dans les batailles, en vous fournissant d’astucieuses tactiques ou en punissant ceux qui vous terrassent. Développez votre clan grâce à de puissants Vikings, à des capacités uniques, ou même en recrutant des créatures légendaires de la mythologie Scandinave pour qu’elles combattent à vos côtés !

Ce que j’en pense :
Dans Blood Rage, les joueurs incarnent les membres d'une tribu Viking dont le but est d'acquérir le maximum de points de gloire avant la destruction du monde. Le jeu se déroule en trois Ages comprenant chacun plusieurs phases :

  • 1) le Don des Dieux. Certainement la phase la plus importante du jeu, qui consiste en un draft visant à acquérir les six cartes qu'on aura à sa disposition pendant l'âge en cours. Le choix de ces cartes orientera la stratégie et les actions possibles pour chaque Age.
  • 2) les Actions. Chacun pourra effectuer un certain nombre d'actions en dépensant le nombre de points de rage nécessaire à leur accomplissement. Le nombre de points de rage à disposition dépend du niveau de rage atteint par son clan à la fin de chaque âge (6 en début de partie). Les actions possibles sont : Invasion (mettre une figurine en jeu) - Marche (déplacer un certain nombre de figurines d'une région à une autre) - Amélioration (poser une carte qui permet d'améliorer les compétences des combattants de sa tribu) - Quête (poser une carte quête qui rapportera des points de gloire si elle est réussie) - Pillage (piller une région pour recevoir une récompense, les combats auront lieu pendant cette phase). Les guerriers morts lors des combats rejoindront le Valhalla et réintégreront la réserve des joueurs en fin d'âge.

Lors de cette phase, chaque joueur, à tour de rôle, pourra jouer une (et une seule) action. Une joueur qui ne peut, ou ne veut, plus participer pourra passer. La phase se termine lorsque tous les joueurs ont passé.

  • 3) la Défausse. Les joueurs défaussent les cartes restantes de leur main de façon en n'en garder qu'une.
  • 4) les Quêtes. Révélation des cartes quêtes et gain des récompenses (sous forme de points de gloire) en cas de réussite.
  • 5) le Ragnarök. Une province est définitivement détruite. Les guerriers qui l'occupaient rejoignent le Valhalla.
  • 6) le Retour du Valhalla. Retour des figurines détruites dans les mains de leur propriétaire.


On passe ensuite à l'âge suivant.

La partie se termine à la fin du troisième âge. Celui qui aura alors le plus de points de gloire sera déclaré vainqueur.

Malgré de nombreuses et magnifiques figurines qui permettent une excellente immersion dans le thème, Blood Rage n'est pas un jeu de figurines. C'est un jeu de plateau très exigeant aux mécanismes ingénieux, réglés au millimètre. Les règles sont acquises très rapidement mais il faudra quelques parties pour bien maîtriser l'usage des cartes et optimiser la phase de draft (si je prends cette carte, je laisse celle-ci qui m'intéresse aussi, dilemme...). Il faudra ensuite organiser ses actions dans un bon timing pour réaliser ce qui était prévu (et éventuellement contrecarrer l'expansion adverse), sans avoir la mauvaise surprise d'une carte jouée par un adversaire venant malheureusement perturber (voire anéantir) la stratégie échafaudée.
Grâce aux cartes et aux combinaisons possibles, Blood Rage permet heureusement de marquer des points de nombreuses façons, que ce soit en améliorant notre armée, en invoquant l'aide des Dieux, en réalisant des quêtes ou en récupérant la gloire des guerriers morts au combat. Pour être assuré d'obtenir les fameux points de gloire, il vaudra mieux d'ailleurs tenter d'équilibrer les différents types de cartes en sa possession plutôt que de se lancer dans une seule voie, peut-être lucrative, mais aussi beaucoup plus facile à contrer.
La multiplicité des combinaisons et des actions confère au jeu une bonne rejouabilité. Et même si les parties peuvent être un peu longues - il faut bien compter 2 heures à 5 joueurs (extension cinquième joueur nécessaire) - l'envie d'en découdre à nouveau est bien présente pour essayer telle ou telle autre stratégie. 
Avec un hasard très maîtrisé grâce à la phase de draft, des mécanismes précis, une optimisation importante des actions et la durée de certaines parties, Blood Rage n'est clairement pas un jeu familial. Mais il conviendra parfaitement à des joueurs confirmés et exigeants.

Ce jeu s’adresse :
Joueurs confirmés.

Les points positifs :
Matériel magnifique rendant l'immersion dans le thème excellente,
Règle rapidement intégrée,
Mécanismes précis pour un jeu exigeant.

Réserves :
Prix (il faut bien payer les figurines),
Extension 5ème joueurs en plus,
Certaines combinaisons vraiment très (trop ?) puissantes.

Matériel :
Magnifique ! Les figurines sont extrêmement bien sculptées et détaillées. Les cartes sont de qualité correcte, bien qu'un peu petites. Des cartes de taille standard n'auraient pas nui au jeu. Les plateaux de jeu individuels sont en cartoline, un peu légers à mon goût. Par contre, il sont conçus de façon très intelligente, avec tous les espaces nécessaires et un rappel des différentes actions possibles.
Le plateau principal est en carton épais, de même que les différents jetons du jeu.







mercredi 23 décembre 2015

Timeline Challenge

Un jeu de Frédéric Henry et Cyril Demaegd
illustré par Jérémie Fleury et Xavier Collette
édité par Asmodee
2015



Nombre de joueurs : Pour 2 à 10 joueurs

Age : 10 ans et +

Durée d'une partie : env. 30 minutes

Mécanismes :
  • Chronologie
  • Connaissances
Le thème :
Histoire

But du jeu :
Atteindre le premier la case d'arrivée.

Descriptif éditeur :
Timeline comme vous n'y avez jamais joué !

Timeline Challenge est un jeu à part entière, basé sur le principe de Timeline, avec de nombreuses différences ! Il contient un set de cartes inédit, multi-thèmes, ainsi qu’un plateau comportant plusieurs épreuves et défis.

Fini de placer les cartes par ordre chronologique, il va falloir estimer des intervalles, des dates précises et atteindre le bout de piste en premier ! Chaque étape détermine l’une des cinq épreuves ou l’un des 2 défis à accomplir.

Et… Chaque jeu Timeline est utilisable avec ce jeu de plateau !

Ce que j’en pense :
Dans Timeline Challenge, les joueurs vont confronter leurs connaissances au fur et à mesure des épreuves et des défis proposés (5 épreuves et deux défis différents).
On retrouve dans le jeu tout ce qui a fait le succès de Timeline (rangement chronologique d'événements), mais le plateau de jeu et les nouvelles règles de confrontation renouvellent complètement les boîtes de base du jeu.
L’interaction est forte, on retrouve tout l’intérêt éducatif et ludique de Timeline avec l’ambiance d’un party game.
Les épreuves sont intelligentes, le plateau de jeu et les cadrans sont très bien pensés et mettent en valeur les mécanismes.
Les parties sont d’une durée idéale et les défis permettent à tout le monde (y compris les moins érudits) de rester dans le jeu.
Le thermormage permet d’inclure des cartes issues des éditions précédentes de Timeline, bravo.
On pourra juste regretter des figurines en plastiques un peu légères (instabilité du navire, du métal aurait peut-être été bienvenu), et des rivets un peu trop lâches, ce qui suppose une manipulation des cadrans très minutieuse.

Bien en individuel, encore meilleur en équipes.

Une réussite.

Ce jeu s’adresse :
Grand public.
Public familial.

Les points positifs :
Un renouvellement extraordinaire des boîtes de Timeline,
Excellent en équipe,
On apprend en s'amusant.

Réserves :
Figurines en plastique instables.

Matériel :
Un plateau de jeu très bien conçu qui regroupe les épreuves et les défis, des aides de jeu, des cadrans numériques à manipuler avec précaution pour cause de rivets un peu lâches et des pions en plastique représentant différents moyens de transport. On aurait préféré du métal pour rendre ces derniers plus stables. Le jeu est de plus fourni avec 110 cartes invention originales. Le thermoformage de la boîte permet d'inclure quatre boîtes supplémentaires de Timeline (hors Timeline Star Wars, incompatible).






dimanche 13 décembre 2015

Broom Service

Un jeu de Andreas Pelikan et Alexander Pfister
illustré par Vincent Dutrait
édité par alea
2015



Nombre de joueurs : Pour 2 à 5 joueurs

Age : 10 ans et +

Durée d'une partie : entre 45 et 60 minutes

Mécanismes :
  • Bluff
  • Choix simultanés
  • Management - Choix de cartes
Le thème :
Fantasy

But du jeu :
Le vainqueur est le joueur détenant le plus de points de victoire après sept manches.

Descriptif éditeur :
Que les balais vrombissent et les potions surgissent !
Incarnez sorcières, druides et cueilleurs, maîtres dans l'art de la concoction d'étranges breuvages, et faites livrer vos puissantes potions dans tout le royaume grâce au “Broom Service”.

Principe du jeu :
À chaque manche, les joueurs choisissent 4 cartes Rôle parmi les 10 qu'ils ont en main, puis les joue une à une, chacun leur tour. Sur chaque carte figurent une Action Brave et une Action Lâche. Les Actions Braves vous procurent des effets très puissants, là où les Actions Lâches ne vous donnent que des avantages limités. Mais attention à ne pas être trop gourmand : si vous choisissez de l'Action Brave et qu'un autre joueur joue la même carte plus tard dans ce tour, il peut vous voler le Rôle et vous empêcher de profiter de ses bienfaits. Il est plus prudent d'être lâche, mais les récompenses sont d'autant moins intéressantes…
Jouez des cueilleurs pour amasser les ressources nécessaires à la préparation de vos potions, utilisez les sorcières pour vous déplacer sur le plateau et envoyez vos druides marchander les meilleurs prix auprès de vos acheteurs…
Quelles Rôles allez-vous secrètement choisir d'endosser ? Que vont choisir vos rivaux ? Qui sera brave et qui sera lâche ? Le vainqueur est le joueur détenant le plus de points de victoire après 7 manches.
Points forts :
• Un jeu de bluff et de tactique simple et original, idéal pour jouer en famille ou entre adultes
• Le nouveau titre de la gamme Alea, récompensé par le prestigieux Kennerspiel des Jahres en 2015
• Une version enrichie de “Malédiction”, un jeu de cartes ayant déjà fait ses preuves

Ce que j’en pense :
Dans Broom Service, chaque joueur dispose de deux pions, chacun étant déployé sur un des deux châteaux du plateau de jeu. Le plateau est divisé en plusieurs régions représentant des terrains particuliers (montagnes, collines, plaines et forêts), à partir desquels on aura accès à des tours dont les toits sont de différentes couleurs.
Les joueurs disposent également de 10 cartes rôles qui vont lui octroyer différentes actions :

  • Les cueilleurs (3 différents) vont aider les joueurs à collecter des ressources.
  • Les sorcières (4 différentes) vont permettre de se déplacer sur le plateau et de livrer des potions.
  • Les druides (2 différents) aident les joueurs à livrer, sans déplacement.
  • La fée des nuages, pour chasser et attraper des nuages (qui empêchent tout déplacement sur le lieu où ils sont).

En début de manche, chaque joueur va choisir 4 cartes parmi les 10 qu'il possède. Une fois les cartes jouées, la seconde manche commence, et ainsi de suite jusqu'à la septième manche.
A la fin de la partie, le joueur ayant le plus de points de victoire remportera la partie.

La grande originalité de Broom Service tient dans les cartes rôle qui permettent d'effectuer chacune deux actions au choix. Une action exécutée de façon brave et la deuxième de façon lâche.
Le premier choix (brave) rapportera beaucoup plus que le deuxième, uniquement si aucun joueur suivant n'aura fait le même choix avec la même carte. Autrement dit, si je suis le dernier joueur à exécuter une action en tant que brave, alors je gagne le maximum, les autres (même choix, même carte) ne gagnant rien.
Le deuxième choix (lâche) rapportera beaucoup moins, mais l'action est certaine d'aboutir.
Quand on sait que certaines livraisons ne pourront s'effectuer qu'une seule fois dans la partie, on comprendra que la programmation de ses actions nécessitera une observation attentive du plateau de jeu, ainsi qu'une optimisation réelle de ses choix et de ses déplacements pour livrer les précieuses fioles.
De part ses mécanismes originaux, le jeu bénéficie d’une forte interaction et d’un niveau de bluff non négligeable. 
Il y règne aussi un certain chaos joyeux (ou pas) qui pourra gêner les joueurs très calculateurs.
Relativement rapide et léger, Broom Service est un jeu agréable, pour une durée convenable, qui conviendra parfaitement à un public familial. Les joueurs confirmés préféreront le verso du plateau de jeu avec l’ajout de nombreuses nouvelles tuiles. De plus, les variantes permettent une bonne rejouabilité.
Bien qu’assez simple, la règle n’est pas toujours très claire et une partie d’initiation sera nécessaire pour intégrer tous les rouages du jeu.

Un jeu très agréable si on adhère au thème et si le fait de ne pas pouvoir tout contrôler ne rebute pas.

A noter : Ce jeu est l'adaptation plateau du jeu Malédiction! sorti en 2008.

Ce jeu s’adresse :
Grand public,
Public familial.

Les points positifs :
Plateau double face : un côté débutant et un côté expert,
Mécanismes originaux grâce aux deux niveaux d'action des cartes rôle (brave ou lâche),
Parties fluides,
Présence des variantes pour un renouvellement des parties.

Réserves :
Une règle pas toujours très claire,
Un chaos présent qui peut gêner certains joueurs,
Peut être lassant et répétitif si on n'adhère ni au thème ni aux mécanismes.

Matériel :
Un plateau de jeu double face et des tuiles en carton épais. Des potions, des pions et des marqueurs de points de victoire en bois peint. 60 cartes de bonne qualité. Le tout servi par des illustrations simples, humoristiques et colorées correspondant bien au thème.






La fiche du jeu Broom Service sur le site de l'Association philÔjeux.